Surmonter la peur de s’exprimer en public

Vu sur Ceclair.fr

Une des peur qu’on retrouve souvent chez les gens est la peur de s’exprimer en public. A tel point que dans le palmarès des phobies les plus courantes, elle apparait même souvent devant la peur de mourir!martin luther king2 300x259 Surmonter la peur de sexprimer en public

La principale cause est qu’on a peur de paraître ridicule devant les gens qu’on connaît ou certaines personnalités importantes. Les mains se mettent alors à trembler, le coeur bat très fort et la bouche s’assèche. Chacun se souvient très bien de ses pires apparitions devant le tableau noir du lycée sous les ricanements des copains. Forcément, on n’a pas envie de revivre pareille mésaventure.

Nous allons donc voir aujourd’hui un ensemble de principes visant à conquérir cette peur de façon à faire passer le message voulu dans les meilleures conditions…

1. Habituez-vous à intervenir publiquement

Comme tout art, s’exprimer en public se pratique. Vous ne pourrez pas être bon d’entrée de jeu. Regardez par exemple dans les émissions de téléréalité du genre Star Academy, comment les invités issus des éditions précédentes dégagent cette sérénité que les nouveaux candidats n’ont pas. Ils sont tout simplement rodés et n’ont plus rien à craindre. C’est la routine!

Vous devrez donc travailler un peu vos talents d’orateur avant d’espérer briller en public.

L’idéal est de monter graduellement en puissance. Pratiquez d’abord devant une audience réduite et peu exigeante, puis peu à peu devant un groupe plus impressionnant.

Pour ce faire, voici quelques pistes à explorer :

  • Prononcez un discours lors d’événements familiaux.
  • Donnez des cours, même à de jeunes écoliers de 8 ans, vous verrez que vous apprendrez beaucoup.
  • Montez ou rejoignez un club d’apprentis orateurs et réunissez-vous régulièrement. Vous pourrez pour cela faire appel à l’association Toasmasters, qui possède un réseau de clubs d’apprentissage de l’art oratoire dans plus de 100 pays.
  • Proposez de donner une conférence gratuite dans une université.

Vous verrez qu’en y allant petit à petit, il sera impossible d’échouer.

2. Relativisez

Demandez-vous quel est le pire scénario qui peut arriver :

Que se passera-t-il si vos mains tremblent? Si vous êtes tellement nerveux que rien ne sort de votre bouche? Si l’accroche de votre discours est tellement ratée que vous n’obtenez pas les fonds pour votre projet?

Tout d’abord, rien de cela n’arrivera. Et en plus même si ça arrive, ce n’est pas définitif, comme mourir ou perdre un être cher. Vous aurez l’occasion d’apprendre de vos erreurs et de vous rattrapper en temps voulu.

Pensez aux Stars sans cesse humiliées dans les potins des magazines people. Malgré ce qu’elles ont subit, elles continuent à briller dès qu’elles ont l’occasion de montrer l’étendue de leur talent.

3. Répétez

Même si vous maîtrisez bien votre sujet, répéter est essentiel. Votre texte sera ainsi ancré dans votre tête, les mots viendront naturellement et vous aurez davantage confiance en vos capacités oratoires.

Voici plusieurs manières de répéter :

  • Tout seul : répétez votre texte à haute voix, c’est important car vous aurez habituellement l’impression que les mots sonnent bien dans votre tête, alors que vous les écorchez à la prononciation.
  • Devant un miroir : l’avantage ici est que vous pourrez travailler votre gestuelle ainsi que votre contact visuel avec l’audience.
  • Debout dans un coin : c’est une astuce qui vous donnera une meilleure idée du son de votre voix, tandis qu’il rebondit contre les parois du mur.
  • S’enregistrer : utiliser un dictaphone est utile pour apprécier le timing de votre discours. Vous serez ainsi forcés de continuer à parler même si vous cherchez vos mots. D’autre part, le fait de réécouter l’enregistrement vous donnera le recul nécessaire pour évaluer la sonorité de la voix, le phrasé ainsi que l’enchainement du contenu.
  • Devant des amis : pratiquer devant des amis permet de se rapprocher des conditions réelles du discours. Ici, même une audience d’une personne pourra faire l’affaire.

Enfin, si vous désirez improviser un peu, pensez quand même à apprendre par coeur les premières phrases du discours pour éviter les premières secondes de confusion qui peuvent arriver avant d’atteindre un état de concentration optimale.

4. Apportez des anti-sèche

Même si vous avez beaucoup répété, il peut toujours arriver d’avoir un trou de mémoire. Quelques fiches seront alors utiles pour éviter ce genre de mésaventure.

Notez-y le fil conducteur du discours de façon très lisible. Adoptez quelques codes de couleur. Il est probable que vous n’en ayez pas besoin, mais savoir que les fiches sont là vous aidera à gagner en sérénité.

5. Soyez fin-prêt

Tout professionnel digne de ce nom doit savoir se préparer sans rien laisser au hasard avant un grand événement. Le matériel doit être au point, chaque éventualité évaluée et les plus fins détails doivent être pris en compte.

Vous devez maîtriser votre sujet suffisamment pour pouvoir en discuter intelligeamment. Vous devez connaître les attentes de l’audience à laquelle vous aurez affaire. Et savoir quelles personnalités importantes seront là.

Essayez aussi d’en apprendre le plus possible sur le lieu. Si possible, allez visiter l’amphithéâtre où vous interviendrez, testez le matériel sur place et essayez de visualiser comment se passera l’événement.

Quand on part du bon pied, les chances d’échec sont largement diminuées. On se sent ainsi plus relax et sûr de soi.

6. Relaxez-vous avant d’intervenir

Plusieurs exercices très simples peuvent vous aider à évacuer la pression avant le grand saut. En voici deux exemples :

  • Respirer profondément : respirer profondément aide à réduire la pression du sang et à clarifier votre esprit avant de vous exprimer.
  • Se dégourdir les jambes : tenez-vous sur un pied tout en secouant l’autre pied, puis changez de pied. Ceci permet généralement de réduire la nervosité qu’on a accumulée dans les jambes. C’est un exercice très utilisé par les acteurs et orateurs professionnels.

7. Concentrez-vous sur le contenu

Une des erreurs les plus courantes lorsqu’on parle en public est de se concentrer sur le mauvais objectif. On croit que le but est d’obtenir l’approbation de tout le public et que c’est la finalité de tout bon orateur.

Ce sentiment souvent inconscient nous fait penser qu’on doit être parfait afin d’impressionner l’audience et gagner son agrément unanime. Il suffit alors qu’une personne ne soit pas du même avis pour ruiner notre moral. Une personne s’endort ou sort de la salle avant la fin du discours? C’est sûr : la présentation a été un désastre.

Tout cela crée du stress et nous met la pression. Pourtant aucun orateur n’obtient 100% d’agrément dans ses discours. Il y aura toujours une personne pour protester ou pour vous contredire. C’est dans la nature humaine. Dans un large groupe, il faut accepter cette variété de réactions, positives ou négatives. Inutile de prendre tout sur la défensive.

Evitez, en premier lieu, de demander l’agrément du public. Car ce n’est pas vous mais le contenu qui compte. La règle est donc de donner au lieu de réclamer. Se concentrer entièrement sur le fait d’offrir un contenu de valeur au spectateur sans rien demander en retour, comme si vous donniez un chèque de 1000 euros à chaque spectateur.

Etant donné qu’on ne peut pas se concentrer sur plus d’une chose à la fois, on ne pourra pas penser en même temps à offrir un contenu de qualité et à s’inquiéter de ce que les autres pensent de nous au même moment. En mettant toutes nos tripes dans le fait de donner sans compter, la peur du public s’évapore et fait place à un sentiment de plénitude.

8. Faites participer votre audience dès le début

Le moment le plus critique et le plus impressionnant pour un orateur est sans conteste l’entrée en scène, lorsque toute l’audience a les yeux braqués sur nous. C’est le moment où chacun va se faire une première idée de notre identité et évaluer notre statut social.

Afin de briser la glace, une bonne technique est d’encourager le public à participer. L’ambiance sera à coup sûr plus décontractée.

Plusieurs moyens existent :

  • Posez une question : une question simple à laquelle n’importe qui peut répondre. Plaisantez gentiment si l’audience n’a aucune réponse. Quand les gens répondent à une question ou essaient de deviner, l’attention est détournée temporairement vers eux.
  • Faites un sondage : un sondage est une bonne manière de donner plus de sustance à vos propos. Levez la main pour encourager les gens à faire de même. Encore une fois, vous pouvez plaisanter si certains hésitent à s’engager.
  • Demandez à l’audience de faire un mouvement : par exemple montrer quelqu’un du doigt, taper dans les mains de son voisin, se mettre debout. Ce mouvement aidera les participants à rester dans le bain. Et s’ils étaient assis depuis longtemps, ce sera une occasion pour eux de se défouler.
  • Demandez à l’audience de répéter ce que vous avez dit : vous verrez ainsi si les gens suivent. Vous pouvez aussi leur demander de récapituler avec vous les principaux points du discours.

Laisser un commentaire